Le Musée de La Rochelle

et le moaï Kavakava bicéphale

Texte et photos  Ó Jean Hervé Daude

Ce moai Kavakava  à deux têtes est considéré comme un témoin de croyances ancestrales concernant la dualité des êtres. Cette dualité a parfois été représenté par la double tête juxtaposée côte à côte comme sur ce moai, mais aussi parfois par la représentation d'une tête qui regarde vers l'avant du corps et l'autre tête qui regarde vers l'arrière.

Façonné dans l'essence du bois sacré, le Sophora Toromiro, ce moai Kavakava symbolisait l'esprit d'un défunt important à qui l'ont pouvait s'adresser dans certaines circonstances. Les statuettes en Sophora Toromiro sont extrêmement rare et le plus souvent sont l'apanage exclusif des très anciennes pièces des Musées, Les derniers représentants de cet arbre ayant disparu de l'Île de Pâques peu de temps après l'arrivée des premiers occidentaux.

D'après les documents du Musée de La Rochelle ce moai Kavakava a été rapporté par le médecin de marine Gille, lors de l'escale de "La Dorade" à l'Île de Pâques en septembre 1860.

 

 

 

 

 

Autres sculptures du musée de La Rochelle provenant de l'Île de Pâques